• Musique au Cinéma

         Arts, techniques et expressions

    Musique au Cinéma

    Relation son/image à travers arts:

    Soutien ou premier rôle?

     Musique et cinéma

     

    Un peu d’histoire :

    1895 : Les frères Lumière inventent le cinématographe. Il s’agit de films muets généralement accompagnés par un pianiste qui improvise, ceci permettant de couvrir le bruit du projecteur. Les salles les plus fortunées ont un orchestre qui reprend des morceaux classiques (tout en modifiant le tempo en fonction de l’action).

    1926 : Invention du vitaphone qui permet la synchronisation de l’image et du son. Les orchestres et pianistes disparaissent au profit de B.O. F (Bande originale de film) enregistrée en studio.

    1927 : « The jazz singer » (le chanteur de Jazz) premier film parlant.

     Chant: Drôle de vie/ Tout ce qui brille

     

    Une comédie française fraiche et décomplexée où Géraldine Nakache déploie tout son talent devant comme derrière la caméra, mais aussi au micro puisque la comédienne donne de la voix sur

    une reprise de Véronique Sanson

    En duo avec sa partenaire Leïla Bekhti.

    HDA: Les Temps Modernes de Chaplin

     Géraldine Nakache tout comme Charlie Chaplin endosse la casquette de réalisatrice, actrice et musicienne …

       "En savoir plus avec allociné"
    Tout ce qui brille

    voir la bande annonce du film...

    Avant de commencer!

     - La BD: Les bijoux de la Castafiore. Hérgé.

      http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/grandes110/9/5/6/9782203007659.gif http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcS--C_v6yYPiBtupvWz2UXfVwKCb1uYy06_RkSfxaEElQPsBGv6kQ

    1°)MUSIQUE DIEGETIQUE IN (source visible à l'écran) : 2°)MUSIQUE DIEGETIQUE HORS-CHAMP (source non visible à l'écran mais qui appartient à l'histoire) : Pour en savoir plus

    Oeuvre principale:Les Temps Modrenes Chaplin

    Fiche Histoire des Arts Chaplin 2013 Fiche Histoire des Arts Chaplin 2013

    Pour ce film, Chaplin compose lui même la musique.

    - Entre cinéma parlant et cinéma muet, deux types de voix : celles émises en directes par les personnages et que l’on continue de ne pas entendre, qui conserve toute la poésie dont C.Chaplin entourait ses personnages, offre une large place à la pantomime, au récit musical, et celles retransmises et véritablement entendues par le biais des technologies nouvelles, pour mettre en relief  la perversion du modernisme dans sa gestion inhumaine du temps, sa conception du milieu ouvrier.

    - Structure musicale du générique qui se déroule sur l’image d’une horloge : deux thèmes qui se confrontent avec la même intensité émotionnelle et narrative que les premiers plans du film ; montage alterné sur un troupeau de moutons et sur une foule humaine émergeant d’une bouche de métro.

    - La musique, composée par C.Chaplin lui-même, de caractère burlesque, est construite comme un commentaire à l’action en même temps qu’une voix intérieure. Effets de bruitage, génie du sens mélodique, de l’orchestration, du brusque changement de ton.

    - La musique dans le cinéma muet, et le cinéma parlant. Sonorisation, synchronisation, le temps réel.

    - L’art du son suggéré (ex. : le vol de la mouche dans la scène du travail à la chaine).

     Vocabulaire spécifique :

    Pour les arts du son : Diégétique in, son in, son hors champ, extra-diégétique.

      lire avec les arts du visuel

     Générique : gros plan d’une horloge et de la course de son aiguille ; titre et générique défilent, s’achevant par un avertissement au spectateur : « Les Temps modernes ; ceci est l’histoire de l’industrie, de l’entreprise individuelle, de l’humanité à la conquête du bonheur. »

    -L’arrivée à l’usine

    Musique très cadencée. Un troupeau de moutons en marche, fondu enchaîné sur une masse d’hommes sortant d’une bouche de métro. La foule uniforme se presse vers une usine, reconnaissable à ses cheminées fumantes, ses bâtiments imposants. A l’intérieur, même empressement ; plan sur des machines.

    Une sonnerie retentit. Un homme à l’allure imposante, torse nu, lève des manettes dans une salle qui semble contrôler les machines.

    Carton : porte du bureau « Président Electo Steel Corp. »

     -Le Président dans son bureau

    Silence. Le Président de la compagnie, dans son bureau ; fait un puzzle ; lit le journal de Tarzan.

    Visionne sur un écran géant les différents postes de son usine ; des ouvriers affairés apparaissent.

    Sonnerie. Plan sur la salle de contrôle des machines, où le contremaître accourt ; le visage du directeur apparaît sur un grand écran, il donne des ordres brefs et autoritaires : « Atelier 20, plus vite ! ». Saluts militaires du contremaître qui s’exécute. Un bruit d’accélération correspondant aux manettes manipulées par le contremaître.

    -Le travail à la chaîne

    Musique frénétique. Les ouvriers travaillent à la chaîne : un tapis roulant défile, les ouvriers s’activent avec leurs outils (clé pour serrer des écrous, marteaux et burins). Intervention de la voix du directeur qui semble omniprésent ( « (…) Attention,  j’aperçois un écrou mal serré ».

    Charlot, vêtu d’une salopette d’ouvrier : n’arrive pas à suivre le rythme de travail ( se gratte, veut parler au chef de chaîne, est gêné par un insecte, s’essuie, n’arrive pas à serrer un boulon) : il gêne les autres, provoque l’arrêt de la chaîne. Il se plaint d’un autre ouvrier, semoncé par le chef de chaîne. Conflit avec son voisin, coups de pieds mais l’altercation s’arrête brutalement car la chaîne repart. Sonnerie et écran où apparaît le directeur pour ordonner d’aller encore plus vite.

     - L’adieu au cinéma muet, toute la symbolique de la chanson Je cherche après Titine de Bertal, Maubon et Daniderf.

    Alors que le film s’apprête à sortir, le cinéma parlant a déjà fait son apparition depuis presque 10 ans. Peu enthousiasmé par cette nouvelle approche du septième art, Chaplin se contraint malgré lui à faire une tentative sur Modern Times. Des dialogues sont écrits et des essais de voix effectués. Peu convaincu par cette expérience, le cinéaste les abandonne et préfère consolider son film à l’aide d’une musique et d’effets de style, tel le patron de l’usine communiquant ses ordres à travers un écran. Le pari s’avérait donc risqué mais Chaplin savait très bien que la force de son cinéma résidait dans l’utilisation du muet et préféra remplacer les dialogues par une gestuelle importante de ses personnages, jouant sur des sourires, des larmes ou autres expressions. Néanmoins Les temps modernes n’est pas totalement muet : lors d’une scène au cours de laquelle Charlot est engagé dans un restaurant à la fois comme serveur et chanteur, il oublie les paroles de son texte et les écrit sur ses manchettes. Lorsqu’il doit faire entendre sa voix, les manchettes s’envolent et Charlot doit improviser lui-même un texte dans un charabia ‘pseudo-italianisant’. Mélange de français et d’italien incompréhensible, cette fusion de langues rappelle l’espéranto, ce dialecte universel imaginé pour unir les hommes. lire la suite Pour en savoir plus

    Œuvre Secondaire:

    Réalisateur: Steven Spielberg Compositeur: John Williams.

     Les Dents de la Mer (1975)

    http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcT7cKTrhL68fttkvD6uGeYlpQVQPLz7wAlYZFN8KoBfg-4mv2HF_vPC440uUg

      Date de sortie cinéma : 18 juin 1975
    Film déjà disponible en DVD depuis le : 6 septembre 2005

    Réalisé par Steven Spielberg
    Avec Roy Scheider, Robert Shaw, Richard Dreyfuss, plus

    Titre original : Jaws
    Long-métrage américain . Genre : Action , Epouvante-horreur , Thriller
    Durée : 02h04min Année de production : 1975
    Distributeur : CIC

    Synopsis : A quelques jours du début de la saison estivale, les habitants de la petite station balnéaire d'Amity sont mis en émoi par la découverte sur le littoral du corps atrocement mutilé d'une jeune vacancière. Pour Martin Brody, le chef de la police, il ne fait aucun doute que la jeune fille a été victime d'un requin. Il décide alors d'interdire l'accès des plages mais se heurte à l'hostilité du maire uniquement intéressé par l'afflux des touristes. Pendant ce temps, le requin continue à semer la terreur le long des côtes et à dévorer les baigneurs...

     

    Le rôle spécifique de la musique dans ce film et dans l’histoire du cinéma.

    Le rôle principal du requin est représenté par un leitmotiv (de deux notes) présent tout au long du film.

    L’imagination du spectateur est mise à contribution pour pallier aux manques de moyens techniques de l’époque. 

    Le rôle principal donné au leitmotiv:

    -Inventivité dans l’utilisation de l’orchestre symphonique par le choix des instruments. 

    -Le leitmotiv représenté par deux notes répétitives (cf. musique minimaliste)

    -L’accélération du tempo.

    - Nuances crescendo.

    -Tessiture grave.

    -Le spectateur voit par les yeux du requin et comprend sa présence par le leitmotiv.

     

    Un des extraits vu en cours: Regarder

    http://2.bp.blogspot.com/_bHSVCs9rX0A/TAH9Kk-QffI/AAAAAAAAJYM/jPLMVxPVdXw/s1600/a_john_williams.jpg

     

     

     

     

     

    http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcT7cKTrhL68fttkvD6uGeYlpQVQPLz7wAlYZFN8KoBfg-4mv2HF_vPC440uUg

    John Williams, compositeur de ce film ainsi que de la plupart des longs métrages de Steven Spielberg.

    Une fois le tournage fini, Steven Spielberg donne son feu vert à John Williams pour composer la musique du film.

     John Williams est dans sa période « symphonique » qui s'étendra jusqu'en 1983, avec des films comme Star Wars, Indiana Jones ou Superman, où il utilisera toute la puissance de l'orchestre.

    Principaux instruments utilisés dans la bande originale

    ClavecinClocheCorEnclumeFlûteHarpePianoTrompetteTubaViolonVioloncelleXylophone

    Tout au long de sa carrière, la musique de John Williams s'est vue taxée d'académisme, pourtant ici, il fait preuve d'inventivité.

     Ainsi, il reprend une idée du film Les Quatre Plumes blanches de Miklós Rózsa (1939), en utilisant l'enclume comme instrument, au sein de la structure rythmique. Par la suite, ce procédé sera très utilisé par les jeunes compositeurs de films d'action ou de films fantastiques.

    De même, l'alternance qu'il fait de la musique tonale et atonale (sans mélodie particulière) se révèle être pertinente, notamment dans le générique.

    Enfin, l'orchestre sait faire silence lorsque c'est nécessaire, comme au moment de la mort de Quint.

    Dans le film, l'orchestre a deux principales fonctions. D'abord celle classique de décrire musicalement les pensées profondes des personnages, tel un « courant de conscience », par exemple au moment où le chef Brody se fait engueuler en public par la mère du petit Alex M. Kintner, la 3e victime.

    Ensuite celle originale de donner corps au personnage principal du film : le requin. Car si on comprend vite qui est le monstre et qu'on en entend beaucoup parler, jusqu'à la moitié du film, il n'apparaît pas une seule seconde à l'écran. Ce n'est qu'au bout de la 5e victime, un homme sur une barque, qu'on commencera à l'apercevoir. Et encore, furtivement et en partie. D'abord c'est juste une silhouette glissant sous l'eau, puis plus tard un aileron dépassant des flots, et enfin une gueule béante et meurtrière, mais presque en fin de film.

     lire le suite

    Académie française, 8 ème édition

    Définition 1 : Leitmotiv

    T. de musique. Mot emprunté de l'allemand où il signifie Motif conducteur. Thème qui revient fréquemment dans une partition . Les personnages des drames lyriques de Richard Wagner sont en général caractérisés par un leitmotiv. On écrit au pluriel Des leitmotive.

     http://www.quigif.com/images_gifs/vetements/lunettes/Glasses_4.gifA voir en plus du cours:http://www.quigif.com/images_gifs/vetements/lunettes/Glasses_4.gif 

    Pour en savoir plus

     Visite du Musée Hergé

    Arts et sciences:

    Le cinéma va-t-il se mettre au parfum ?

    par France-Anne Carré (07/04/2008)

    Le cinéma sera bientôt fait d'odeurs... La société française d'innovations industrielles AC2i a mis au point un diffuseur de parfum original sous le nom d'Olfacom.

    Des essences achetées à des spécialistes des arômes sont assimilées à de petits grains solides par un procédé gardé secret. Le tout est emprisonné dans une capsule qui, grâce à un système de ventilation intégré, libèrera dans l'air par sublimation(1) l'odeur choisie.

      lire l'article en entier

    Le cinéma prend du relief

    par Emeline Broussier (20/03/2009)

    En voulant placer le spectateur au coeur du film, le cinéma vivra-t'il sa troisième révolution ? Après le passage du muet au parlant en 1920, l'arrivée de la couleur en 1930, voici peut-être l'avènement du cinéma en relief numérique.

    Depuis trois ans, de nombreux films diffusés en deux dimensions (2D) au cinéma sont parallèlement testés en trois dimensions (3D) dans certaines salles.

    Le succès est souvent au rendez-vous, même si les films ne sont pas toujours des chefs d’oeuvre.

    Cinéma 3D, du laboratoire à l'écran

    Aujourd’hui, le numérique garantit une image de qualité. Des lunettes high-tech ont été mises au point afin d’assurer le bien être du public. En novembre 2008, un projet de recherche scientifique a été mené par l’Union Européenne. 24 spectateurs se sont soumis à des expériences spécifiques mises aux points par des psycho-logues et des cogniticiens.
    Equipés d’électrodes et des fameuses lunettes 3D, ceux-ci ont assisté à plusieurs projections d’extrait de films. Le but, évaluer l’impact psychique des images 3D, mesurer les inconforts éventuels.

     Les arts du spectacle vivant:

    La danse: arts de la rue au cinéma .

     Education Physique et Sportive:

    HandBall le film

    Musique et cinéma 2

    Les arts du visuel:

    La photographie: 

    Musique et cinéma 2

    Pop art:

    Musique et cinéma 2

     Les métiers du cinéma

     lire

    - Histoire du cinéma: 

    Voir

    Visite guidée

     http://lacinemathequedetoulouse.com/images/ct_visite_03.jpg