• Le Peuple Danse

    La danse peut elle être considérée comme la voix  du peuple?

    Danse en musique

    HISTOIRE DE LA DANSE DANS L’ANTIQUITÉ.

    L'art de la danse, chez les Grecs et chez les Romains, comprenait tout ce que nous entendons par le mot chorégraphie et par le mot pantomime, c.-à-d. d'une part l'application du rythme musical aux mouvements du corps, et de l'autre, la représentation dramatique réduite à la gesticulation (cheironomia, gesticulatio). Le grec orchestes et le latin saltator désignèrent indifféremment quiconque exerçait l'un ou l'autre de ces arts. Lucien a fait justice en quelques mots (De Saltatione, 7) de toutes les fables relatives à l'origine de la danse :

      « Ceux qui ont parlé avec vérité de son origine affirment qu'elle prit naissance au temps même de la création de toutes choses et qu'elle est aussi ancienne que l'Amour, le plus ancien des dieux. » 

    Certains peuples avaient une sorte de renommée chorégraphique, notamment les Crétois, les Phrygiens, les Arcadiens. De plus, chaque contrée avait sa danse de prédilection. Chez les Athéniens, c'étaient les choeurs et les rondes dionysiaques; à Syracuse, les choeurs iambistes, à Lacédémone, les danses guerrières exécutées au son de la flûte. Les sexes étaient-ils toujours séparés? Eustathe, dans son commentaire sur Homère, rapporte que Thésée organisa des danses auxquelles prenaient part les jeunes gens et les jeunes filles qu'il avait soustraits à la voracité du Minotaure, ce qui reporterait la confusion des sexes à une haute antiquité; toutefois Athénée (Dipnosoph, XIV, 13) rappelant que chez les Arcadiens il y avait des danses où cette confusion était admise, nous donne lieu de croire que c'était là une exception.

    Les Grecs et les Romains avaient une façon toute différente de considérer la danse, principalement la danse profane. Dans les cités grecques, elle était cultivée par les citoyens les plus honorables et du rang le plus élevé. Un danseur de profession, Aristodème, est envoyé en ambassade par les Athéniens auprès du roi Philippe. Ce même roi épouse une danseuse, Larisséa. Socrate aimait la danse et ne s'en défendait pas. Epaminondas était un bon danseur. Lire en entier avec Imago Mundi

    Production vocale:

     

    Aux États-Unis, les années 70 apportent avec elles les soirées en discothèques, qui s'inscrivent rapidement dans le nouveau mode de vie des américains. De son côté, la musique, quelle soit funk, soul, pop ou rock, s'épure et s'agrémente de nouvelles sonorités, celles produites par le synthétiseur. Nous sommes en 1973, le disco est né, même s'il est encore timide.

     1976 va être marqué par l'entrée en scène des Village People. Le soir d'Halloween, Jacques Morati, producteur français exilé outre-Atlantique, fait la tournée des boîtes gay et a une révélation lorsqu'il voit les hommes déguisés. Il créé alors les Village People, groupe composé de six garçons : un policier, un indien, un ouvrier en bâtiment, un motard, un GI et un cow-boy. Le succès est immédiat, notamment au sein de la communauté homosexuelle.

    1977 : Saturday Night Fever

    Or, la véritable explosion de la musique disco arrivera un an plus tard, à la fin de l'année 1977, avec la sortie du film "Saturday Night Fever" (La fièvre du samedi soir) de John Badham, avec John Travolta et dont la bande originale est signé par les Bee Gees. Dès lors, les ventes de disques explosent, les discothèques font salle comble et le disco entre dans les foyers, toutes classes sociales confondues.

    Ce qui plaît dans le Disco ? La musique entraînante, conçue pour danser et se défouler et les paroles, qui parlent essentiellement de sexualité et de la vie nocturne. C'est aussi l'ère de l'exubérance vestimentaire, voire du déguisement pour se rendre en discothèque. Et puis, c'est surtout l'insouciance d'une génération avant sida.

    ou

    Elle me dit de MIKA

     

    La Sardane:

     

    Lire avec Wikipédia:La Santa Espina est la sardane la plus emblématique du genre et constitue un hymne patriotique pour les Catalans. Il fait partie de la zarzuela éponyme écrite par Àngel Guimerà sur une musique d'Enric Morera, dont la première eut lieu en 1907 au Teatre Principal de Barcelone.

    La cobla est un ensemble instrumental de plein air composé de onze à treize musiciens jouant onze a treize parties écrites qui jouent avec des instruments à vents traditionnels, dont certains sont spécifiquement catalans, et d'autres appartiennent à l'instrumentarium classique de la musique populaire.

    • Instruments spécifiquement catalans: les deux tenores, les deux tibles - plus court et aigu que la tenora-, apparentés à la famille des hautbois, mais avec une sonorités plus puissante; et le flabiol (apparenté à la flûte à bec piccolo), accompagné de son tamborí (petit tambour long et de section réduite), et que joue le même instrumentiste.
    • Instruments non spécifiquement catalans: deux ou trois trompettes en sib, un ou deux trombones à piston même si cet instrument est en voie d'abandon au profit du trombone à coulisse, deux fiscorns (bugles baryton de la famille du saxorn en ut), ainsi qu'un instrument à cordes : la contrebasse à trois cordes.

    Le Peuple Danse

    Le géographe grec Strabon (Ier siècle) cite une danse en rond en tant que danse d'offrande à la Lune, pratiquée par les Ibères qui occupaient la partie occidentale du littoral Roussillonnais, sans toutefois qu'aucune filiation ne puisse être établie, tant les danses en rond de la méditerranée antique étaient nombreuses.

    Dès le XVIe siècle, les Catalans dansaient le « contrapàs », avec beaucoup d'analogie avec les pas courts et les pas longs de l'actuelle sardane. La plupart des contrepas s'enchainaient avec une sardane courte.

    La sardane actuelle descend de cette sardane courte dont elle ne se différencie que par l'augmentation du nombre des mesures et la présence d'un plus grand nombre d'instruments dans la cobla. Il faut aussi préciser que les pas courts et les pas longs entre les deux types historiques de la sardane diffèrent notablement. La sardana actuelle est née, au milieu du XIXe siècle, sous l'impulsion d'un musicien de Figueres nommé Pep Ventura et du chorégraphe de Toroella de Montgri, Miquel Pardas.

    La sardane se danse en cercle fermé, alternant si possible un homme et une femme, la femme à droite de son partenaire. Mais ce principe n'exclut en aucune manière des rondes impaires. Précisons aussi que les sardanes des dimanches midi d'autrefois étaient dansées quasi-exclusivement pas les hommes pendant que leurs épouses étaient appelées à d'autres tâches.

    Cette ronde traditionnelle a été introduite en Vallespir par les cobles de la Garotxa voisine venant animer les fetes de villages vers 1905 et dans le reste des Pyrénées-Orientales par les exilés républicains de 1939. On notera que la première indication de la sardana dans une partition musicale nord catalane figure dans une cantate de Déodat de Séverac en 1911: El Cant del Vallespir. Séverac utilisa d'ailleurs les instruments de la cobla dans sa tragédie lyrique Héliogabale (1910), créée en plein air aux arènes deBéziers L'oratorio de Pablo Casals, El Pessebre (La Crèche) débute par une sardane jouée par un orchestre symphonique.

    La sardane fut évidemment popularisée hors de Catalogne par la chanson de Charles Trenet, « La jolie sardane » (1952) composée sur une musique rappelant la danse catalane.

     

    LA JOLIE SARDANE
    Paroles et Musique: Charles Trenet © - 1952 - Raoul Breton
     
              Qu'elle est jolie la Sardane
           Que l'on danse main dans la main
           Au pays de verts platanes
           Du pays des tramontanes.
           Jeunes filles jeunes gens l'aiment bien
           Et même les vieux de leur canne
           La martèlent sur les pierres du chemin
           Ce soir combien d'amourettes
           Vont éclore dans les cœurs de vingt ans
           Ils la connaissent la Sardane
           Ils l'ont dansée quand ils étaient gamins
           Combien vont perdre la tête
           Pour toi Sardane du pays catalan.

            Amis, c'est la fête à Collioure.
           On a pavoisé le vieux port
           Et devant la mer qui l'entoure
           Voici l'éternel clocher d'or
           Sur les galets, vertes et roses
           Les barques aux tendres couleurs
           Commencent la métamorphose
           De leurs voiles changées en fleurs
           Et sous la lune vagabonde
           La Sardane forme sa ronde.

           Qu'elle est jolie la Sardane
           Que l'on danse main dans la main
           Du pays des tramontanes
           Elle vole jusqu'aux pays voisins
           Ce soir combien d'amourettes
           Vont éclore dans les cœurs de vingt ans
           Combien vont perdre la tête
           Pour toi, Sardane du pays catalan
           Pour toi, Sardane du pays catalan.

     

    Aujourd'hui, on la danse en habits de tous les jours, à la moindre occasion festive, car c'est une danse populaire vivante mais aussi en costumes folkloriques lors d'exhibitions.

    Elle était interdite en Espagne durant le franquisme comme beaucoup d'expressions de l'identité catalane, mais beaucoup de Catalans la dansaient tout de même, jusque devant la Cathédrale de Barcelone.

    POUR EN SAVOIR PLUS:

       Danse dans la rue

     FLASH MOB

    LA SALSA:

    Le jazz, un des composants majeurs de la salsa, qui prend ses racines de l'américain Deep South, utilise des mots dérivés ou phrases du monde culinaire, comme « smoking » (fumer), « jamming » (mélanger, jam= marmelade), « now we're cookin' » (maintenant nous cuisinons) crées par les musiciens lors des beuf ou lorsque l'ambiance était au maximum. Dans la salsa, l'usage ne diffère pas. Toutefois les interjections de ce genre ont été utilisées de manière plus structurée.

     La musique a quelques propriétés générales : une introduction, une phrase mélodique, une phrase plus rythmique et percussive appelée un « montuno », une reprise de la phrase mélodique, et une conclusion.

    Mais la définition continua de changer, elle s'est étendue pour inclure la musique non cubaine et les danses comme la Cumbia et le Merengue. Elle est devenue un symbole d'identité culturelle et de croyance politique. 

    Lire en entier avec SALSA FUEGO

     De la Bossa Nova au Rock:

    LE HIP-HOP

    tout savoir sur le hip hop

    Apparut au début des années 70's aux Etats-Unis, le Hip-hop emmerge des ghettos noirs de New-York. Sa première apparition est sous la forme de Rap dont le but est d'évacuer sa haine, sa colère par le chant. Cette emmergeance se répendra bien vite sur la totalité du continent Américain puis du monde entier (le hip-hop arrive véritablement en France au début des années 80's sous une forme de danse que les anciens ont connue sous le nom de: Smurf).
    On parle de culture tout simplement parce qu’elle touche plusieurs branche artistique comme: La danse, La musique , Le chant, Le dessin… 

    Mais elle touche aussi des codes, des valeurs, un style vestimentaire. C'est la culture urbaine.
    Existant depuis 40 ans, le hip-hop c'est imposé dans le monde entier et se trouve partout autour de vous, dans la radio, sur les murs, dans votre TV, etc...
    On retrouve toujours la notion de confrontation dans le hip-hop, il y a des duels de DJ, des battles en danse et des clashs en Rap, il en va de même pour les graffiti, c'est à ceux qui feront les plus beau grafs sur les murs de la ville. 

    En plus du cours

    Une histoire de tempo

    Le Moonwalk:

    Lire avec Wikipédia: Le moonwalk (de l'anglais « Moon », qui désigne la Lune, et « walk », la marche), appelé aussi back-slide, est un mouvement de danse consistant en un pas glissé du breakdance que l'on peut faire remonter à Cab Calloway, popularisé dans les années 1980 par Michael Jackson.

    Le moonwalk a également donné son titre à l'autobiographie de Michael Jackson, Moonwalk, et à son film Moonwalker, tous deux sortis en 1988, ainsi qu'au jeu vidéo adapté du film, Michael Jackson's Moonwalker, sorti en 1990.

     

     

    Histoire des arts:

    mieux connaître son corps...

     

     

     


    Tags Tags : , , , , ,